Vendredi 12 juillet à 12 h 48

À l’occasion du passage de la flamme olympique.

Nous créons un événement au coeur de l’événement du passage de la flamme olympique à Alésia autour de Sol Invictus, une oeuvre chorégraphique d’Hervé Koubi. En complément de ce moment dansé, les reconstituteurs gaulois, romains et grecs salueront la flamme lors d’une trêve olympique tout au long de son passage à l’extérieur et à l’intérieur du musée.

Faire communion :
Hervé Koubi mettra en scène, et surtout en lumière, l’amour comme le garant de la paix dans un monde en tensions qui recèle une force plus puissante que tout : la communion.

Un flash mob sportif :
Cette communion, nous allons la proposer avec la population en invitant les danseurs amateurs, les jeunes et les sportifs à participer à Bal Olympique, un grand flash mob s’inspirant de la gestuelle des sportifs.

Le salut à la flamme olympique :
Un peu avant l’arrivée de la flamme, les danseurs proposeront au public un extrait de la pièce Sol Invictus. Pour cette occasion, les troupes des reconstituteurs gaulois, romains et grecs salueront la flamme lors d’une trêve olympique tout au long de son passage à l’extérieur et à l’intérieur du musée.

Vendredi 12 juillet à 12 h 48

1 h de Dijon
2 h 30 de Lyon
2 h 45 de Paris

Gare TGV de Montbard
Gare TER Les Laumes-Alésia

Billetterie

Hervé Koubi, parcours artistique :

Formé à “l’École de la danse”, notamment chez Rosella Hightower, Hervé Koubi débute sa carrière d’interprète dans des pièces de Jean-Christophe Paré et d’Emilio Calcagno.
Danseur ensuite au Centre Chorégraphique National de Nantes Claude Brumachon et Benjamin Lamarche puis au Centre Chorégraphique National de Caen avec Karine Saporta et dans la Compagnie Thor à Bruxelles avec Thierry Smits, il décide de développer son projet chorégraphique en 2000.
C’est d’abord la tradition, avec toute la transmission orale et corporelle, qui capte son intérêt. Une danse qui rassemble, qui unit, qui fait les liens entre les bals d’autrefois, les raves parties et les rassemblements dansés d’aujourd’hui.
Ce sont ensuite des notions de traces, de mémoires, de filiations qui le conduiront notamment en Algérie, à la recherche de ses racines. Il envisage la porosité des techniques entre elles comme un espace d’expérimentation qui dépasserait les cadres et les appartenances techniques et esthétiques.

«Sol Invictus sera lumineux, généreux et universel. À mi-chemin entre physicalité hip-hop et élévation classique, ce sera une déclaration d’amour, ma déclaration d’amour à la danse, à son passé, à son présent, à son avenir.»
Hervé Koubi