Rencontre

open

 

Jonhattan Vidal, est archéologue, ingénieur d'études contractuel au CNRS (UMR Artehis) il effectue une thèse de doctorat en archéologie à l'université de Bourgogne. Après l'obtention des diplômes de premier et deuxième cycle de l'École du Louvre, il obtient un master Archéosciences et géoenvironnements de l'université de Bourgogne dont le sujet de mémoire portait sur Alésia. Depuis il est chargé de la gestion et de l'étude des données spatiales du site.
open

L'eau sur le site d'Alésia. Du siège à l'époque moderne, une ressource naturelle et sa gestion 


Après une étude de terrain destinée à définir les contraintes naturelles du milieu en matière hydrologique, nous avons étudié, à partir des connaissances archéologiques et historiques, l’adaptation des hommes à cet environnement, pour des installations durables, mais aussi en situation de crise. Une quantification de l’eau disponible en période estivale, associée aux connaissances sur les positions des belligérants lors du siège de 52 av. J.-C., nous informent plus précisément sur l’organisation des adversaires vis-à-vis de l’approvisionnement et la gestion en eau au sein de leurs retranchements respectifs. L’étude des installations hydrauliques de la ville antique, mise en perspective avec leur implantation dans la série géologique, permet d’appréhender l’organisation collective de la cité et de confirmer sa qualité de petite ville de tradition indigène. Cette étude diachronique, de l’antiquité à nos jours, fait apparaître très nettement la place de l’eau comme attribut cultuel essentiel. Enfin, le bilan des installations d’adduction d’eau depuis le XVIIème siècle, confirme la position centrale du problème de l’approvisionnement en eau dans l’organisation civile, avant la mise en place de machines de pompage, tout particulièrement sur un site de hauteur comme le Mont-Auxois.

Voir l'article complet, L'eau sur le site d'Alésia

Vue aérienne du site d’Alésia vers l’est, avec position des rivières et des sources de l’aire visible. Cliché du fond : R. Goguey, vol du 10.12.1995.
open

Dynamique d'occupation du site d'Alésia, analyse spatiale des données archéologiques 


Plus de cent cinquante ans d’investigations archéologiques sur le site d’Alésia ont livré une très importante quantité de données à références spatiales.  Un travail axé sur l’analyse spatiale des données archéologiques et paléoenvironnementales permet de confronter le résultat des recherches dans une perspective globale, afin d'aboutir à une nouvelle cartographie du site, d’étudier ses mutations, et ainsi, révéler sa dynamique d’occupation. Cette recherche s'attache à exploiter selon un protocole normalisé l'ensemble des données et les cartographier. Le fonds est composé de près de 6000  photographies aériennes du site (R. Goguey), de quelques centaines de plans de fouilles, de 35 hectares de relevés géophysiques, de données de prospection et tout récemment d'un relevé topographique de grande précision (LIDAR) permettant notamment d'observer les reliefs fossiles situés sous la végétation. Le rassemblement de ces données conduit à la réalisation d'un nouveau plan archéologique du site et à la création d'un atlas de l'occupation du secteur par périodes – notamment de l’urbanisme de la ville antique. Cette cartographie, intègre l’information concernant l’ensemble des structures fouillées, mais également les données issues de tous les autres procédés d'investigations.
open

Sujets de prédilection sur Alésia : 


- L'environnement et ses relations avec les occupations humaines (impacts de l'un sur l'autre)
- Les méthodes d'investigation archéologiques (fouilles, prospections diverses, relevés)
- La dynamique d'occupation du site de la Préhistoire aux Temps Modernes
- L'historiographie de la controverse et l'approche sociologique de ses suites